LES DIFFERENCES

a)      Chacun est unique et irremplaçable

Les premières cellules vivantes, apparues sur la terre, il y a deux à trois milliards d’années, se reproduisent par simple division, par scissiparité. La  nature ne pouvait se satisfaire d’une solution qui ne donnait que de monotones copies de cellules mères. En inventant la sexualité, c’est  à dire l’existence de deux sujets, l’un porteur des organes males, l’autre porteur des organes femelles, la nature inventait la variété : à l’exception des vrais jumeaux, personne ne ressemble à personne : chaque individu est unique au monde, il ne ressemble jamais totalement à sa mère, puisqu’en lui existe parallèlement  ce qu’il a reçu de son père.

b)      Les différences physiques et physiologiques :

L’homme et la femme sont différents par tout leur corps.

  1. 1.       Chaque cellule est différente :

Chaque cellule du corps masculin comporte dans son noyau les chromosomes tandis que chaque cellule du corps féminin comporte, à la place, des chromosomes XX

  1. 2.       les caractères sexuels secondaires sont visibles 

-          les traits saillant anguleux de l’homme contrastent avec les courbes harmonieuses gracieuses de la femme

-          les épaules larges et puissant de l’homme contrastent avec le bassin plus larges de celle qui accueillir un jour l’enfant.

-          Les muscles forts et vigoureux de l’homme (pas toujours) avec les formes féminin plus douces.

-          La pilosité, la voix les seins le sang – il y a 500000 globules rouges de plus chez l’homme, témoignent de la différence entre l’homme et la femme.

L’homme et la femme sont aussi différents au niveau de leurs génitaux

 

  1. c.       Les différences  psycho-affectives

Quatre différences seulement semblent bien établies par les chercheurs modernes :

  1. les femmes ont une faculté délocution  supérieur aux hommes.
  2. les hommes l’emportent dans les aptitudes Visio-spatiales (se représenter les objets dans l’espace).
  3. les hommes sont plus agressifs que les femmes.
  4. les hommes l’emportent aussi en mathématiques…, encore qu’il y ait :

 

  • De différences discutées

Les différences relevées restent souvent discutées : ce sont la plus part du temps des affirmations non prouvées, véhiculées par la culture ambiante. Est- il sur que les femmes soient plus anxieuses, plus serviables, plus capricieuses que l’homme ? Est-il sur que les hommes soient plus courageux, plus fort (…) que la femme ?

 

  • Des différences de structure
  • Les cerveaux: ils sont différents. Ainsi il y aurait chez l’homme un plus fort développement de hémisphère droit, centre de la synthèse, de l’aptitude au repérage dans l’espace ; chez la femme, un plus fort développement de hémisphère gauche, centre de la parole, centre de l’analyse .bien des découverts restent à faire en ce domaine.
  •  Les harmones : elles agissent différemment chez Lhomme et la femme. Lhomme possède une petite quantité les hormones de la femme.les hormones males, dominantes chez Lhomme, occasionnant par exemple une propension à l’agressivité. Les hormones femelles dominantes chez la femme, occasionnent une tendance à la passivité, à l’accueil.
  • La force physique : elle est en règle générale l’apanage de Lhomme.
  •  la sexualité : elle ne pas vécue de la même façon. Les organes de l’homme sont externes, ceux de la femme interne. Lhomme a parfois tendance à considérer la sexualité comme un à-côté de sa vi ; la femme vit sa sexualité dans l’intime de son corps : elle est ressent davantage la gravite… et les conséquences. Seule la femme est appelée a être mère. La maternité inscrite en elle est une dépendance possible, qui permet de comprendre le besoin qui est souvent  en elle de sentir une force et une tendresse à ses côtés.

N.B : ce tableau ne rien d’autre qu’un ensemble d’observations relevées dans la façon d’aimer des hommes et des femmes. Rien entant vrai a 100% en psychologie, nous nous excusons auprès de ceux ou celles qui ne se reconnaitront pas  dans cette description.

d)      L’importance de la dimension  affective chez les filles

La tendresse, l’amour, sont en général des valeurs fondamentales pour la femme. Se savoir aimée, élue, choisie, cajolée, entourée, choyée, voila son bonheur : sa forme à elle de sensation. Combien des femmes sentimentales se laissent  troubler et gagner par l’ambiance de certains bals, les propos habiles du beau parleur, les délicatesses habiles de l’homme âgé…

Le garçon qui connait cette dimension sentimentale de la femme en profite.

« Les garçons jouent souvent au dur au plus malin… mais, n’est-ce pas nous, les filles, qui les amenons à faire ce que nous voulons… ce que femme veut »! (une fille)

C’est à la fille, plus spontanément tendre, d’éduquer chez le garçon la dimension sentimentale. Elle peut libérer la tendresse trop souvent cachée dans le cœur du garçon. Elle est éducatrice du cœur dans la mesure où elle sait imposer au garçon, avec simplicité et limpidité, une relation amicale chaleureuse qui ne comporte surtout pas trop vite la dimension charnelle.

e)      L’importance de la dimension physique ou chamelle chez le garçon.

La dimension chamelle est toujours fortement présente dans l’élan  amoureux du garçon. Il n’est pas indifférent à un beau corps. On connait ses curiosités pour les revues légères : le voir et les toucher compte pour lui.

Le garçon peut se laisser facilement conquérir par les physiques dunes fille, par « la façade », au risque d’oublier d’abord de faire l’inventaire de qualités du cœur et d’intelligence plus fondamentale.

La fille qui connait cette dimension charnelle du garçon au souci de soigner est extérieure : il y a une légitime et indispensable coquetterie pour plaire à celui qui est sensible aux formes. « C’est un devoir pour les filles sérieuses dextre aussi belle et jolies… puisque les garçons en tiennent compte ». (Une fille)

C’est aux  garçons, dépositaires des valeurs du corps, d’initier la fille a une dimension qu’il ne lui est pas donné ordinairement de connaitre spontanément. Il est l’éducateur du corps dans la mesure où, dans la période fréquentations, Il sait acheminer, par la délicatesse et la progressivité, celle qu’il aime vers le don charnel de la vie conjugal.

  • Lamour avant tout chez les filles

Quand une fille est amoureuse, toute sa vie tout son être son profondément affectés cet amour. Témoignage : « je le reconnais : depuis que je suis amoureuse de lui, je suis devenue possessive : je veux tout, j’exige tout, je lui pardonne tout,  je ferais tout pour lui… je comprends qu’on désire le posséder pour toujours ». (Aminata 17 ans)

Ce n’est pas étonnant que la jeune fille soit parfois considérée par le garçon comme «  pot de colle »,  comme « crampon ». Dès lors, quand surviennent un abandon, une rupture, mademoiselle de sombrer dans un chagrin d’amour le plus noir, le plus suicidaire.

  • Amour mesuré chez les garçons 

Le cœur du jeune homme peut connaitre, lui aussi, le grand amour envahissant. Mais en général, notamment quand il ne doute pas de l’amour de la jeune fille, son amour est plus mesuré. Il aime sa petite amie, mais il aime aussi les copains. Il lui arrive de bloquer l’évolution d’un amour qui l’emmène un peu trop vite à son gré vers le mariage.

  • Importance de parole chez les filles

Une femme n’est  jamais insensible a la parole : elle attend le compliment bien trousse, le « je  t’aime »  sincère, la confidence confiante, ou le poème dont elle rêve.

La jeune fille fait confiance à la parole d’amour, et le garçon qui joue d’amour, et le garçon qui joue de sa confiance peut la blesser profondément : il est toujours pénible pour un homme de cœur de savoir qu’il y a quelque part dans le monde une fille dont la vie est gâchée a cause de lui, une fille qui ne croit plus a l’amour  justement parce qu’ elle  y a trop cru.

  • Importance de l’action chez les garçons

Si beaucoup de garçon sont des baratineurs quand il s’agit  dépatter les filles, force est de constater qu’ils sont vite a court d’imagination dans une relation durable. Ils savent parler à l’ infini de foot, de moto, et même de politique. Mais il leur est particulièrement difficile de parler  deux mêmes, des sentiments qui les habitent. Le vrai problème, le voila : « un homme croit qu’il dit du moment qu’il fait… et la femme ne voit pas ce qu’il fait mais n’écoute que ce qu’il dit ».

  • Un amour accueillant chez les filles

La femme a un certain besoin d’être protégée. Sa disposition à la maternité explique son besoin de sentir à ses côtés une force. Et ce n’est pas pour rien qu’elle aime se « lover » dans deux bras solides.

  • Un amour conquérant chez les garçons

Il y a dans tout amour masculin un certain besoin de conquête, de domination ou au moins de protetion.et la société n’est pas sans encourager ce comportement. «  Quand un garçon a plusieurs copines, c’est un « thiof », à lui, honneur et gloire.  Quand une fille a plusieurs amants, c’est une « putain », à elle, malheur et indignité ».

Les femmes conquises un peu plus facilement n’intéressent pas longtemps les hommes. « La fille conquise n’a plus de gout… filles chewing-gum rejetées après usage. Seule un peu de résistance donne du prix a notre conquête >>. (un garçon 18 ans).


Vous avez une question ? Les réponses sont généralement disponibles en quelques minutes

Laisser un commentaire

Cours de morale