SIDA : la meilleure prévention : la fidélité dans une sexualité d’adulte

Il serait regrettable qu’un changement de comportement soit uniquement fondé sur la peur. Il est possible de trouver des valeurs plus exaltantes et plus efficaces pour choisir son mode de vie. La fidélité est l’une de ces valeurs.

On ne dira jamais assez que deux époux non sidéens qui se gardent une fidélité ne contracteront jamais le SIDA : ils pourront faire l’économie du préservatif ! Par contre, il faut crier bien haut que le jeune qui cherche de multiples partenaires de rencontre, que le jeune qui recourt notamment à la prostitution est tout simplement suicidaire.

Il va sans dire que cette valeur « fidélité » suppose une conception adulte de la sexualité. Les fruits de la libération sexuelle des années passées se sont révélés parfois amers.  On prend conscience que la vraie sexualité s’inscrit dans une relation affective, que le modèle sexuel qui consiste à séparer la sexualité de l’amour conduit dans une impasse. Toute société court à sa perte si les relations humaines sont vécues seulement à travers des rencontres éphémères, narcissiques, ou l’autre est l’objet. Les jeunes ont besoin de chercher non  « une expérience, mais une personne ». « La qualité d’une vie ne git pas dans la quantité de relation sexuelle, mais dans la qualité des relations humaines » (Edmonde Marin, Seuil,  1982, La rouge différence).

L’apologie moderne du préservatif ne risque-t-elle pas de contribuer à entretenir cette conception adolescente d’une sexualité dissociée de l’affectivité, d’une sexualité qui refuse d’envisager un instant la possibilité de maitriser les désirs ?

Au niveau des comportements, la fidélité s’impose, mais au niveau des précautions, il apparait clairement qu’il sera nécessaire de conseiller à tous les couples qui se forment un dépistage de la séropositivité.


Vous avez une question ? Les réponses sont généralement disponibles en quelques minutes

Laisser un commentaire

Cours de morale